Chroniques sur le vin
0

actualites publiée le dans Insolite

L’éthiopie se met au vin !

ethiopia-flag

L’Éthiopie est, malheureusement, surtout connue pour ses problèmes de famine et de malnutrition. Cela pourrait bientôt changer grâce à un projet lancé en 2007 par le gouvernement éthiopien et le groupe français Castel. Les deux partenaires ont en effet décidé de développer la notoriété de ce pays par le biais du vin !

Avec une surface équivalente à deux fois celle de la France, l’Éthiopie compte 88 millions d’habitants, selon Le Monde. Son paysage est très hétérogène, arborant à la fois des hauts plateaux, des vallées verdoyantes, ainsi que de nombreux lacs et volcans. L’Éthiopie a déjà produit son propre vin sous l’impulsion des soldats italiens présents sur le territoire de 1936 à 1941. Ceux-ci, pendant leur occupation du pays, avaient en effet cultivé quelques vignes  pour leur consommation personnelle, vers la capitale Addis-Abeda et dans le Sud-Est.

En 2007, l’expérience a été renouvelée par le gouvernement éthiopien et le groupe français Castel. Dans “une démarche de diversification de l’agriculture et de promotion de ses produits”, ils ont souhaité développer leur secteur viticole pour “permettre au pays de gagner quelques devises”. Pour Robel Seido (responsable des ventes au sein de la société Castel), “si ce vin peut contribuer à améliorer l’image de notre pays, alors le pari sera gagné. Nous envisageons d’exporter près de la moitié de notre production, notamment aux Etats-Unis, où réside une forte communauté éthiopienne.”

Pour mettre en place ce projet, il a tout d’abord fallu déterminer l’endroit où les vignes allaient être plantées. Au début, le site de Dire Dawa, à l’est du pays, avaient été choisi mais pour des problèmes d’accessibilité et de proximité avec la Somalie, en guerre civile depuis 1986, l’idée a été abandonnée. C’est finalement une site de 125 hectares proche de la ville de Zeway, à 170 km au sud d’Addis-Abeda qui a été retenu. En 2008, 750.000 pieds de vignes, originaires de la région bordelaise, ont donc été plantés grâce à l’aide de 750 personnes issues de la région. Le gouvernement espère ainsi réaliser une production de 800.000 bouteilles de vin par an issues des cépages merlot, syrah et cabernet sauvignon pour les vins rouges et chardonnay pour les vins blancs. Pour Olivier Spillebout (oenologue chargé de la qualité de la production), ”le sol est légèrement sableux et nous sommes dans une zone tempérée où le climat est idéal. Les conditions climatiques pourraient même permettre d’effectuer deux vendanges par an. Mais, comme nous souhaitons privilégier la qualité, nous n’en ferons qu’une seule… On devrait obtenir des vins légers et fruités.” Les premières vendanges devraient avoir lieu début novembre et les bouteilles devraient être commercialisées au premier trimestre 2012. À long terme, avec ce projet, le gouvernement éthiopien souhaite “concurrencer les excellents productions sud-africaines considérées aujourd’hui comme les meilleures du continent”.

Pour la petite anecdote, il se pourrait bien que ce vignoble, au coeur de la vallée du Rift, devienne un des plus dangereux du monde comme le confirme Guy Campillo (responsable du domaine) : ”on a eu des intrusions de pythons, de hyènes et même d’hippopotames dans le vignoble. On a donc creusé un fossé de deux mètres autour de la vigne pour la protéger. Depuis, tout va bien !”

Via

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>