Chroniques sur le vin
0

actualites publiée le dans Tendance

Facebook : les vignerons américains mieux armés que les français

facebook

Au cours des dernières années, les réseaux sociaux, et notamment Facebook, se sont imposés comme des moyens de communication incontournables. Mais qu’en pensent les vignerons américains et français ? Quelles sont leur utilisation de Facebook ? La réponse grâce à la dernière étude du cabinet américain Able Social Marketing

Comme annoncé sur Vitisphère, le cabinet américain Able Social Marketing vient de communiquer les résultats de sa dernière étude sur l’utilisation des réseaux sociaux, et particulièrement de Facebook, par les vignerons. Celle-ci s’est concentrée plus précisément sur les différences de comportement entre les viticulteurs français et américains. Elle a été réalisée sur Internet en 2011 auprès de 243 vignerons français et 285 américains. Avant de se plonger sur l’aspect social, il est important de préciser que l’étude met tout d’abord en avant le rôle majeur joué par Internet sur le monde du vin. En France, 92,1% des viticulteurs français possèdent un site Internet et 36% d’entre eux vendent leur vin en ligne. Aux États-Unis, ces taux sont encore plus importants puisque 98,9% des vignerons américains disposent d’un site internet et 72% d’entre eux ont leurs vins disponibles à la vente en ligne. Mais aujourd’hui, avoir un site internet est une “base”, il faut aller plus loin, et notamment sur les réseaux sociaux …

Être sur un réseau social comme Facebook, une nécessité

La principale conclusion de cette étude est que le secteur viti-vinicole, d’une manière générale, considère la présence sur les réseaux sociaux comme une priorité, un action incontournable. Côté américain, les vignerons utilisent déjà massivement et activement cette plateforme puisque 94% des sondés y sont présents. En France, cette utilisation est moins répandue : “seulement” 52,7% des viticulteurs français ont un compte Facebook. Au niveau du nombre d’amis, les Français peinent aussi en comparaison des américains puisque, comme l’explique Vitisphère : “49,5% des Américains ont plus de 500 “followers” (personne suivant un compte Facebook) alors que 43% des Français en ont moins de 100″.

Facebook, à quoi cela sert-il pour un vigneron

Voici une question qui revient souvent : Que faire sur Facebook ? Globalement, pour les Américains comme pour les Français, l’utilisation est la même. Sur Facebook, les vignerons publient principalement des textes et des photos, mais aussi des liens et des vidéos. Cependant les Américains sont beaucoup plus actifs que les Français puisque 90,6% des vignerons des États-Unis “passent quotidiennement du temps à alimenter les réseaux sociaux”, selon Vitisphère, tandis que selon la même source, “44,1% des vignerons français ne rédigent jamais de contenu sur ces médias”. Mais cette différence s’explique en partie par les personnes qui font ces publications. Aux États-Unis, c’est le responsable marketing qui est en charge de cette communication tandis qu’en France, ce sont les vignerons eux-même. En tout cas, tous ont bien compris que communiquer sur Facebook ne répond pas uniquement à un objectif de promotion directe. En effet, il n’y a que 30% des viticulteurs américains et 7,6% des Français qui se servent du réseau social pour faire de la publicité. Mais qu’entendent-ils par publicité ? Ce n’est pas précisé dans l’étude… En tout cas, ils sont majoritairement d’accord pour dire que Facebook permet de faire connaître ses vins, son histoire, etc. C’est aussi un bon moyen pour annoncer sa présence à différentes évènements du vin.  Côté résultats, retombés ; 47,1% des viticulteurs pensent que Facebook leur permet de vendre d’avantage de vin, tandis qu’en France, seulement 8,6% des sondés partagent cet avis. En conclusion, la majorité des vignerons sait donc se servir de Facebook et comprend son intérêt. De nombreux vignerons ont tout de même fait part de leurs difficultés à augmenter leur nombre de “followers” ou amis. Ce problème est particulièrement présent en France où les professionnels interrogés déclarent avoir du mal à entretenir une “relation numérique avec leurs clients et les consommateurs potentiels”.

Et ceux qui ne sont pas sur Facebook, ils en pensent quoi ?  

Pour un peu moins de la moitié des vignerons américains et français interrogés non membres de Facebook, la raison de leur absence s’explique par un manque de temps à consacrer à ce type de communication. Seulement 25% d’entre eux avouent ne pas être convaincus de l’intérêt professionnel de cette plateforme. Les autres sont conscients de l’importance de se mettre à Facebook puisque 50% des vignerons non inscrits sur Facebook souhaitent le faire au courant de l’année pour améliorer leur visibilité.

Via

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>