Chroniques sur le vin
0

actualites publiée le dans Découverte

Le Clos de l’Amandaie, une histoire de partage

image

Depuis quelques années, le Clos de l’Amandaie fait figure de fer de lance de la dernière appellation languedocienne des “Grès de Montpellier”. Géré par Philippe Peytavy, vigneron, ce domaine a donné naissance à quatre cuvées, chacune racontant une histoire.

Situé au coeur du Languedoc, à 25 kilomètre au Nord-Ouest de Montpellier, le Clos de l’Amandaie existe depuis 5 générations. Au sein de l’appellation « Grès de Montpellier », le domaine est géré par Philippe Peytavy : “J’ai appris le métier de vigneron avec mon grand père qui m’a fait aimer l’odeur des cuves en macération et la magie de la fermentation”, explique-t-il. Par la suite, il a réalisé des études en oenologies à Montpellier puis à Avignon, avant d’exercer différents métiers dans le domaine du vin : négociant, caviste ou encore chef de cave dans une coopérative. “C’est la rencontre avec mon épouse et l’envie de créer notre vin sur notre terroir d’Aumelas, avec les vignes familiales qui étaient amenées par mon père à la coopérative, qui nous a décidé à franchir le pas et créer le Clos de l’Amandaie en 2002″, déclare Mr Peytavy. Il estime que le terroir qui nourrit ses vins est l’un des “plus prometteurs du Languedoc”. Sa particularité nait de l’influence des vents marins, qui, le soir, rafraichissent l’air, favorisant ainsi l’équilibre et l’élégance des vins.

1 Clos, 4 vins

Le Clos de l’Amandaie propose plusieurs vins, chacun doté de particularités et d’une histoire. « Mon parcours professionnel, ma passion pour l’élaboration des vins et la dégustation des vins nous ont permis de faire les bons choix pour concevoir notre gamme dès la naissance du domaine”, explique l’ancien négociant. Tout d’abord, on trouve les cuvées “Le Chat Pitre” en rouge, rosé, et blanc. “Un clin d’œil à ce petit chat famélique qui traîne toujours autour de la cave et pour souligner le côté ludique de cette cuvée”, d’après le propriétaire. Selon lui, “le vin étant avant tout un moment de convivialité, Chat Pitre est une cuvée à la bonne humeur communicative : gouleyant, tout en épices et en fruit, il procure un instant de plaisir simple comme un éclat de rire”.

Dans un second temps, le clos dispose d’une cuvée plus classique, “L’Amandaie”, “en mémoire à l’arbre historique des côteaux d’Aumelas et à l’Amandaie (verger d’amandiers) que nous avons arraché pour planter une de nos plus belles parcelles de Syrah”, précise le viticulteur. Cette cuvée représentent des “vins élégants et racés évocateurs d’un terroir unique où se dressent fièrement de majestueux amandiers centenaires”. Le Clos de l’Amandaie propose également “Huit Clos”, un vin issu des meilleures parcelles du domaine et élevé en fût pendant douze mois. “Parce que cette cuvée n’est à partager qu’avec les amoureux des beaux produits, nous l’avons baptisé Huis Clos même si les notions de partage et d’échange autour du vin prennent vite le dessus”, explique Philippe.

Enfin, “pour finir par une douce folie”, la cuvée “Les Ménades” provient de vendanges tardives, essentiellement à base de cépage petit manseng. Là encore, le nom Les Ménades n’a pas été choisi au hasard. C’est un hommage à l’histoire, au terroir languedocien, aux prêtresses et servantes du même nom, au Dieu Grec de la vigne et du vin Dionysos. “Hystériques, ivres du vin et de colère ou encore sereines, douces et pensives, leurs images dépendaient bien souvent des artistes et de la critique”, raconte Philippe.

Toute ses cuvées sont réalisées en respectant une philosophie chère au viticulteur : “partager le fruit de notre terroir avec son micro climat assez frais sur des coteaux argilo-calcaire caillouteux qui donnent des vins élégants”. C’est cette élégance qu’il “essaie de préserver avec un travail raisonné à la vigne et des vinifications qui respectent le fruit en travaillant plus sur la douceur sans vouloir extraire à outrance”, conclut-il.

Objectif développement durable 

Le développement durable est un principe qui tient à coeur à Philippe, principe mis en oeuvre dans ses vignes sur le terroir d’Aumelas. “Nous n’avons pas choisi ce terroir comme souvent les nouveaux vignerons qui arrivent en Languedoc après une grosse étude marketing et surtout un gros capital, c’est sur ces terres que je suis né et je souhaite avoir la possibilité de les léguer à mes filles si le cœur leur en dit”, explique-t-il. Agir en développement durable implique un travail spécifique de la vigne. “Cela détermine beaucoup de chose dans les choix culturaux (travailler le sol, fumure organique, traitement raisonné, entretien des abords des parcelles …), dans les choix d’organisation des achats en privilégiant les fournisseurs locaux (matière sèche), et la main d’œuvre locale pour les travaux de la vigne”, précise le vigneron. Parmi les actions mises en place pour respecter cette démarche, Philippe a construit un nouveau chai semi enterré, en pierre, avec une inertie thermique intéressante ne nécessitant pas l’emploi de climatisation. Pour couronner le tout, il a recouvert cette cave de panneaux photovoltaïques afin de réduire le bilan carbone de son exploitation.

A découvrir

“Depuis 10 ans maintenant, le Clos de l’Amandaie Blanc, avec ses fines notes de pêche, d’anis puis d’agrumes, ressort toujours dans les dégustations que ce soit auprès des particuliers ou des professionnels. “C’est pour cela que Philippe a décidé de le faire découvrir dans le bar à vin de winesup.fr. “Nous avons beau aimer toutes nos cuvées, une petite préférence ira toujours à l’élégance de l’Amandaie Blanc.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>