Chroniques sur le vin
0

Chronique publiée le dans Music Pairing

Panorama Bordeaux Millésime 2012

image

Il y a des dégustations qui sont souvent stratosphériques. Et une fois de plus, le panorama organisé par Millésima sur le millésime ayant un an de vieillissement a encore tenu toutes ses promesses.

Décrié, vilipendé, malmené, le millésime 2012 était attendu au croisement de la barrique. Alors quand on se retrouve devant une bonne cinquantaine de flacons bordelais, forcément on a hâte de plonger dedans. Et comme chaque année, je me suis fait avoir en arrivant un brin trop tard. Résultat certaines quilles sont déjà “Sold Out” pour la dégustation.

N’attendez pas de moi que je vous fasse un descriptif détaillé de la trentaine de vins dégustés ! Déjà, cela ne serait pas très intéressant et puis, il ne faut pas oublier que ces vins continuent d’évoluer rapidement ; mon ressenti du moment ne serait peut-être pas le même que le vôtre.

Et il sera encore plus difficile de faire un résumé global tant certaines appellations m’ont surprises par leur hétérogénéité alors que d’autres étaient plus fidèles aux trames connues des millésimes précédents.

Des mots qui sont revenus dans les allers étaient “étonnant” et “prometteur” ; de là, à se dire que certains essaient de se rattraper aux ceps de vigne, il n’y a qu’un pas que votre serviteur ne voudra pas saisir.

Mais comme en France on aime distribuer les bons points, ce que je peux vous dire, c’est que les châteaux Haut-Bailly, Pontet-Canet, d’Armailhac, Prieuré-Lichine ou Beychevelles m’ont bien plu.

Et que Fonbrauge envoyait la matière tout comme Cos d’Estournel dans un registre différent !

Il était temps pour moi de rendre mon verre, mon carnet de notes couvert de petites taches de vin ! Allez pour conclure avant de passer à la musique, une petite anecdote. Croiser Bernard Magrez et le voir planquer son verre entre les caisses de vins pour pouvoir revenir après le buffet histoire de terminer tranquillement son horizontale m’a bien fait sourire !

Pour accompagner cette grande dégustation, il aurait été aisé de piocher dans les CD des belles voitures qui étaient garées à l’entrée de chez Millésima.

Et dans cette ambiance feutrée où tout le monde sourit, mais sans montrer les dents, car tachées de vin, il m’est venu l’idée d’opter pour un monument du registre classique : La chevauchée des Walkyries de Wagner.
Car à n’en pas douter, ce millésime 2012 risque faire quelques dommages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>