Chroniques sur le vin
1

actualites publiée le dans Insolite

“Vin mille lieues sous la mer”

morguefile.com / RoganJosh

Depuis quelques temps, les professionnels du vin s’intéressent de plus en plus à la mer comme nouveau moyen de conserver le vin. Parmi eux, Franck Labeyrie, viticulteur à Haux, a décidé de se lancer dans cette aventure en créant le projet “Vin mile lieu sous la mer”. 

Présenté sur Terre de Vins, le projet “Vin mille lieues sous la mer” a été imaginé par Frank Labeyrie, 34 ans, viticulteur au Château du Coureau à Haux. Cette expérience repose sur une idée simple : “la mer, c’est la meilleure cave au monde”, comme l’explique Franck Labeyrie. C’est pour cela que, déjà, en 2009, il s’était lancé dans son “Blanc des cabanes”, un vin conservé durant 6 mois entre 3 et 8 mètres de profondeur, selon les marées, sur une concession du banc d’Arguin. Associé à Nicolas Labarthe, une jeune ostréiculteur de Gujan-Mestras, il produit ainsi 8.000 bouteilles par an de cette manière. Côté dégustation, Franck Labeyrie explique obtenir des différences organoleptiques “troublantes” avec une telle méthode. C’est pour cela qu’il a décidé de mettre au point le projet “Vin mille lieues sous la mer”.

Le principe est “simple” : entreposer du vin à 1km sous l’eau durant une période plus importante.  ”Là, on part sur une immersion de dix ans avec des vins de garde », précise-t-il. Pour cela, il s’est associé à la société Jifmar, spécialisée dans les services maritimes. Crée en 2005 par Jean Michel Berud, l’entreprise compte aujourd’hui 6 navires et 5 robots sous-marins. D’ici quelques semaines, Jifmar devrait procéder à un premier test dans l’océan atlantique près de Bayonne. L’objectif de ce test de vérifier la résistance des bouteilles et des bouchons à l’environnement sous marin. Par la suite, les bouteilles migreront au large d’Arcachon, à 150 kilomètres du littoral. Là-bas, deux caves métalliques les attendront. Une première permettra de conserver les 600 bouteilles de rouge et de liquoreux du Château du Coureau et une deuxième sera réservée aux vins des partenaires. « Je veux trouver une maison de champagne, grande ou petite, ainsi qu’un producteur de rhum, de cognac et d’eau-de-vie qui entreposeront chacun une centaine de bouteilles ». Pour le suivi de cette opération insolite, « un robot ira sur le site tous les ans afin de changer les batteries des box qui seront balisés. Je pense que nous ferons des prélèvements tous les deux ans afin d’assurer des dégustations comparatives à Vinexpo », déclare le créateur du projet.

Pour Franck Labeyrie, la mer représente « un endroit parfait pour que les vins se reposent, qu’ils soient tranquilles ». Pour expliquer sa motivation, le viticulteur se réfère à un évènement historique majeur en partant « du principe que le Titanic a coulé à 4.000 mètres et que les bouteilles qui ont été remontées étaient intactes ». Selon lui, le milieu sous marin présente de nombreux avantages pour la conservation du vin comme par exemple la tranquillité et la température constante, mais aussi l’absence de nombreux éléments tels que la vie microbienne, la lumière, l’oxygène ou encore les vagues. Avec “Vin mille lieues sous la mer”, Franck Labeyrie a donc un objectif précis, il veux « prouver que gustativement et analytiquement parlant la mer est le meilleur endroit pour conserver le vin ».

Via

Un commentaire sur ““Vin mille lieues sous la mer”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>