Chroniques sur le vin
1

actualites publiée le dans Découverte

Le vin Rosé coule à flots !

Annabelle Breakey

Les chiffres sont là ! Gare à ceux qui seraient tentés de descendre ouvertement le rosé… Même si celui-ci a souvent été très critiqué et que l’on ne possède pas de définition exacte malgré de longs débats qui ont eu lieu ; les études prouvent qu’il devient le Chouchou des Français… !

Mais il ne faut pas jeter la pierre ! Il ne faut pas négliger ce pauvre rosé tant maltraité, car il s’agit probablement du plus vieux vin de l’histoire. Les rosés étaient jusqu’à une époque récente perçus comme “des vins fruités, de structure légère” et ils se dégustaient frais. Cependant, il ne faut pas se voiler la face, le rosé n’a jamais été percu comme un vin de grande classe, surtout qu’on ne lui a jamais apporté les soins nécessaires. Le monde s’est contenté de tourner en enfermant le vin rosé dans un statut de vin secondaire, élaboré par défaut, sans grande technicité et indigne de l’intérêt de l’œnologue !

Et aujourd’hui, la situation ne pouvait pas être plus paradoxale ! Au regard de l’importance historique de ce type de vinification, l’engouement des consommateurs a progressivement permis de réviser cette perception que l’on peut maintenant qualifier d’obsolète…

En effet, selon une étude du Comité National des Inter-professions des Vins d’appellation d’origine (CNIV) datée d’hier, la consommation de vin rosé aurait largement doublé en 20 ans, atteignant aujourd’hui plus de 25% du volume total des vins consommés. En 1990, elle représentait seulement 10,8%…

De nos jours, «plus de neuf consommateurs de vin sur dix déclarent boire du vin rosé» nous apprend le CNIV. Cet engouement s’explique par certains de ces atouts: “Le rosé correspond à l’évolution de nouvelles tendances de consommation et accompagne l’émergence de nouveaux styles de vie : des repas moins structurés, le développement de la cuisine du monde, la simplicité, la découverte et la convivialité”, explique l’organisme.

Et c’est la Provence qui est la première région en termes de production et de réputation : la filière rosé représente un chiffre d’affaires de 650 millions d’euros. «La France est [alors] le premier consommateur au monde» de vin rosé ; ainsi que le premier producteur avec 6,74 millions d’hectolitres (900 millions de bouteilles) par an. Cela représente 28% de la production planétaire devant l’Italie, l’Espagne et les États-Unis.

Malgré tout ce que l’on a pu dire par le passé, les professionnels savent aujourd’hui combien il est difficile d’obtenir un vin rosé à la fois fruité et équilibré, de maîtriser sa couleur et surtout d’être régulier d’un millésime à l’autre.

Et oui, “plus d’une bouteille de vin acheté sur quatre est une bouteille de vin rosé”… Serait-ce enfin l’heure de gloire du Rosé ?

Via

Un commentaire sur “Le vin Rosé coule à flots !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>